L’avis d’Hélène Quellier du Parc national des Écrins

La Fête de la Montagne pour quoi faire ?

L’avis de Hélène Quellier, chef de secteur Briançonnais/Vallouise du Parc national des Écrins.

helene

Pour cette montagnarde aguerrie et passionnée, qu’il faut suivre lorsqu’elle est lancée, la Montagne n’est pas un milieu auquel on accède sans accompagnement. Il est donc indispensable pour elle de faire, en début de saison, cet inventaire à la Prévert que réalise la Fête de la Montagne, pour permettre au public « de découvrir la diversité de nos territoires et de nos activités ». Elle nous rappelle la fréquentation du Parc national des Écrins l’été : 750 000 visiteurs et cette réalité à méditer : la majorité d’entre eux ne s’aventure seul dans le Parc que sur des distances très courtes « ce que nous appelons le phénomène du bout de route » : « ils marchent environ 20 minutes, pas plus ». Vous souriez mais Hélène met le paquet chaque année sur les balisages et vient d’embaucher un service civique qui a pour mission de se promener sur les sentiers les plus fréquentés pour aller à la rencontre de ce public peu expérimenté et lui parler de faune, de flore : « c’est un bon moyen pour capter les gens, leur dire qu’il peuvent aussi aller observer les animaux à tel endroit, rencontrer les bergers ici, profiter de la flore là… et ça permet de les accompagner un peu plus loin. »  Alors pour Hélène, la Fête de la Montagne est une évidence. Et elle continuera d’y participer.