Les pieds dans la Fête de la Montagne et la tête dans les étoiles

Quand la Fête de la Montagne sera devenue aussi populaire que la Fête de la Musique, c’est vers Grenoble que se tendront les micros. Au sein de la Maison de la Montagne, au centre-ville, les équipes de la Coordination Montagne et de la Ville travaillent main dans la main. Laurent Chaffiotte, en charge de la Fête de la Montagne à la Ville, est un voisin de bureau… c’est dire. Depuis 3 ans, il mobilise les Grenoblois le dernier week-end de juin « avec un succès relatif », admet-il .  « En 2015 trois sites avaient été choisis, dont la Bastille, une pléiade d’associations mobilisées avec de multiples propositions, mais il a fallu nous rendre à l’évidence, les amateurs de randonnées, grimpe ou VTT étaient déjà sur site. Par contre restaient en ville ceux qui ne vont pas en Montagne. C’est vers eux que nous nous sommes tournés ».

En 2016, Laurent et la Ville ont revu leur copie, et travaillé avec les Maisons des Habitants, ces associations de quartier, ouvertes à tous, du plus jeune aux plus âgés : « Notre idée était d’emmener en Montagne, des pas montagnards du tout . Objectif, faire découvrir, à une petite heure de la ville, les activités montagnes les plus variées à un public néophyte ou peu familier des sommets.

Image1« Enfants, jeunes, famille, personnes isolées et âgées, les Maisons des Habitants sont au carrefour de toutes les générations », précise Louis Renaud, responsable du Pôle animation, de la MDH Chorier-Berriat qui a participé à l’opération. « C’était une belle idée de leur offrir une première fois, nous avons tout de suite cautionné le projet ».

Plusieurs offices du tourisme, partenaires habituels de la Ville, à Autrans, Saint-Christophe-en-Oisans, Gresse en Vercors, Alpes du Grand Serre, ont répondu présent. Des premières listes d’activités possibles ont circulé entre les vallées :  via ferrata, randonnée, pêche à la truite, visite d’éco-musée, VTT, initiation spéléo, randonnées dans les arbres, transhumance. A la MDH Chorier-Berriat, Louis Renaud responsable du Pôle Animation se souvient  que les premières propositions étaient un peu trop remuantes «pour notre public, plutôt âgé et familial».

En travaillant main dans la main, stations et MDH ont ajusté les programmes en fonction des publics visés, plus sportif pour les jeunes, avec des temps calmes et des visites pour les moins jeunes. « Ce qui a compté dans la réussite de ce projet, c’est d’avoir su créer des binômes MDH-Station qui se sont parlés dans la phase de préparation », précise Laurent Chaffiotte. Transports et inscriptions étaient laissés au soin des MDH, habituées à organiser des sorties.

radio_grenoble

Le jour J, près d’une centaine de personnes, de 5 MDH, ont fait le voyage. Louis Renaud et son groupe se sont rendus à Autrans pour la visite d’une ferme bio et d’une fromagerie, suivies d’un pique-nique au bord d’une cascade, et en option l’après-midi, d’une rando, encadrée, à la découverte de la faune et la flore locale. « Les gens étaient ravis. Vraiment. Voir des animaux, acheter des produits directement à la ferme, pique niquer avec un panorama… C’est déjà une aventure quand on ne l’a jamais fait ».

Image2En 2017, l’équipe de la MdH, convaincue, veut intégrer le projet « Montagne » plus en amont dans son programme. Louis pense notamment le proposer aux publics qu’il accueille en cours d’alphabétisation. Il voit aussi un intérêt pour des groupes déjà constitués comme les femmes de « Cuisines sans Frontières » qui pourraient être intéressées à découvrir les produits et la cuisine locale.

Alors Grenoble réitérera l’Opération CAMP DE BASE en 2017, et qui sait, peut-être naîtra-t’il de ces rencontres inter-culturelles quelques recettes bigarrées que nous aurons le plaisir, dans quelques années, de déguster aux pieds des pistes…

Pour en savoir plus, contacter Laurent Chaffiotte, responsable de l’organisation de l’événement à Grenoble : laurent.chaffiotte@grenoble.fr

 

cms_viewFile WEB_CHEMIN_596_1276173287