Une Fête à quel prix ?

Si la Montagne estivale peut être pratiquée de manière minimaliste, elle peut aussi s’avérer coûteuse. En créant la Fête de la Montagne, les membres de la Coordination Montagne ont souhaité mettre la Montagne à la portée de tous les publics et de toutes les bourses. Notre Charte incite les organisateurs d’évènements à pratiquer un tarif préférentiel. Certains jouent même la carte de la gratuité. Pourquoi, comment, quelle est la bonne option ? Y-a-t-il un bon modèle économique ? Nous avons posé la question à trois organisateurs d’évènements, le soliste Vincent Terrisse, guide dans le Cantal, l’inénarrable Jacky Mariotte, père de la Tram’jurassienne et Véronique Roubeau qui travaille à l’office de tourisme de Gab-Tallard-Durance.

Jacky Mariotte « Que du bonheur et à un prix mini »

La Tram’jurassienne a pour devise : « pas de chrono, que du bonheur » et à un prix mini pourrait-on rajouter. Depuis 29 ans, Champagnole (Haut-Jura) accueille cet événement désormais incontournable, imaginé au départ sur un tracé de tram, d’où son nom. Il affiche 5000 participants, 100 000 euros de budget et mobilise 300 bénévoles.

p_242


La Tram’Jurassienne
propose pendant le week-end de la Fête de la Montagne une 12ene de parcours à pied, à vélo, ouverts à tous, adultes, enfants, y compris handicapés, très représentés cette année nous précise-t-on. Elle totalise 5000 inscrits –et victime de son succès refuse presque 1000 candidatures par an.

Dommage ? Jacky Mariotte, père de la manifestation ne souhaite pas en faire une usine à gaz. Il tient à rester « en famille » :

« J’ai démarré avec un tracé, un bidon d’eau pour le ravitaillement et les 30 premiers participants sont tous entrés au conseil d’administration de la manifestation. Certains y sont encore ».

La Tram est une aventure collective, conduite par des amis, amoureux de la région et désireux de la faire découvrir, qui ont rallié les amis de leurs amis et leurs enfants parfois aussi. Au total 300 bénévoles travaillent à sa réalisation, qui pour tracer les parcours (randonneurs, clubs de rando., foyers ruraux) ; qui pour gérer les inscriptions, l’organisation, la communication, le balisage, la sécurité, les achats, la logistique.

Pendant le week-end lui-même, les 300 bénévoles sont tous sur le pont, assurant l’accueil du public, les ravitaillements (gargantuesques,  costumés et en musique), la tenue des stands, la remise des cadeaux.

Jacky travaille en amont avec la région pour affréter des trains spéciaux. Sont aussi dans la boucle, le département, l’ONF, les acteurs du tourisme locaux, la ville de Champagnole, évidemment qui se charge de la collation offerte à tous les participants.

vtt.477

Budget total de cette fête exceptionnelle : 100 000 euros, dont seulement 12% de financements publics. Le reste provient des inscriptions : « 20 euros par personne qui comprennent en plus du dossard, la montée en train, le repas, les ravitaillements, le café et le cadeau. C’est un prix très tiré, mais nous ne voulons pas l’augmenter. Tout le monde doit pouvoir participer », précise Jacky.

Alors en ce moment, il écume les salons (du tourisme à Paris, de la randonnée à Lyon) pour chercher des sponsors privés. Qu’il va trouver soyez-en sûr.

Vincent Terriste : « je ne compte ni l’argent, ni le temps »

C’est un soliste, il ne travaille qu’avec lui-même et un peu Salers (Cantal) dont il est natif. Dans sa panoplie de guide, le canyoning, l’été, figure en bonne place, une activité dont il fait la promotion chaque année dans le cadre de la Fête de la Montagne en proposant une sortie de 3 heures à 20 euros (soit la moitié du tarif habituel). Il commente cette ristourne avec l’enthousiasme qui le caractérise :

« non il n’y a pas de rentabilité à ce prix là mais l’envie de faire partager l’activité à ceux qui ne pourraient pas se la payer en temps normal »

L’affaire est entendue et le choix assumé.

Vincent n’est pas du genre avare. De son temps non plus. Il peut lui arriver de proposer à des clients « sympas » qui l’avaient « booké » le matin pour un canyoning de passer la journée et même la soirée dans cette belle région à découvrir sans rien leur demander de plus. « Pour le plaisir ».

Canyon_gourmand

Ce natif du Cantal, revenu sur ses terres il y a quatre ans après une vie d’expéditions et un stop à la Réunion, a souhaité s’établir comme guide là où d’autres avaient abandonné l’idée. On le lui a chaudement déconseillé.

Touche à tout, écrivain, photographe, auteur de plusieurs ouvrages et d’un blog sur les montagnes et volcans d’Auvergne, il a tracé sa route à force d’inventivité et d’ouvertures jusqu’à faire une belle saison l’an dernier.

Aujourd’hui, il partage son temps entre l’escalade, le canyoning, la via ferrata, la rando, le ski..  Et deux enfants qu’il élève en pleine nature. Alors oui ça n’a pas de prix et c’est le prix à payer, aussi, pour vivre la vie qu’on a rêvée.


Caroline Ros-Montiel «  Un village entier en accès libre »

 

Image3

On vient dans la Vallée de Gap-Tallard-Durance par amour des paysages et d’une nature qui retient ici 70% des locaux en période de vacances : « oui nos statistiques montrent que les gens du cru préfèrent randonner chez eux !». En plus de la clientèle touristique, c’est donc aussi à eux que s’adresse l’événement Fête de la Montagne organisé cette année au domaine de Malcor. « Une première », confirme Caroline Ros-Montiel, agent d’accueil du Bureau d’Informations Touristiques de Tallard.

Ce domaine situé à Jarjayes a été racheté l’an dernier par des parisiens amoureux de la région, qui se sont lancés dans l’aventure de l’hébergement.

« Spontanément, ils sont venus nous ouvrir leurs portes, souhaitant que les acteurs locaux du tourisme puissent profiter du cadre exceptionnel pour faire ensemble la promotion de la montagne estivale en Hautes-Alpes ».

Une vingtaine de prestataires ont déjà répondu présents et viendront faire découvrir leurs activités, depuis le VTT électrique jusqu’à la danse folklorique, le programme prévoit la présentation de vieux métiers, des initiations à différentes pratiques sportives, des jeux, des expositions, des dégustations, des sensibilisations au milieu montagnard…

Vu le large panel qui se profile, plusieurs pôles seront proposés au public : Sport, Nature, Agriculture, Artisanat, Traditions. Le nouvel office de tourisme local, regroupant désormais Gap-Tallard-Durance, en pilote les préparatifs en étroite collaboration avec l’association « Malcor Events » du Domaine de Malcor, et se réjouit de cette mobilisation sans précédent.

Caroline précise que « beaucoup ont accepté de venir gratuitement. Nous tenons à ce que le maximum d’activités soient en accès libre. Notre vallée autour de Tallard se situe dans la partie rurale du département : Nos professionnels sont en demande d’évènements de ce type. Nous avons besoin de nous faire connaître et apprécier».

Ici, ni TGV, ni autoroute, ne viennent déverser leur flot de vacanciers chaque été pourtant 80% du PIB provient du tourisme. Les professionnels ont donc appris à jouer collectif, et la Fête de la Montagne est une belle occasion de le prouver.

L’événement a été élu événement ambassadeur des Alpes par la FDM. Pour l’office de tourisme de Gap-Tallard-Durance et les propriétaires du Domaine de Malcor à Jarjayes, c’est une vraie bonne nouvelle !